Musette Bechonnet

Elle doit son nom à son inventeur Joseph Béchonnet luthier à Effiat dans le Puy de Dôme. Cette cornemuse est gonflée au moyen d'un soufflet, et comporte un chalumeau mélodique à anche double et perce conique régulière, et trois bourdons. Le chalumeau mélodique est géneralement d'une longeur de 16". Sur le même boitier sont raccordés un bourdon en Sol parallèle au chalumeau mélodique et à l'arrière un petit bourdon accordé à la note de base du haubois. Un grand bourdon est placé à la base du sac et point vers l'avant du musicien.
La musette Béchonnet, comme son nom l’indique, a été créée par Joseph Béchonnet (1821-1900) à Effiat, dans le nord du Puy de Dôme.

Cette cornemuse, mise au point vers 1850, a été la plus employée en Basse-Auvergne entre 1870 et 1930.

Si elle se rapproche des autres “musettes du Centre France” par son organologie (présence d’un boîtier, hautbois conique à large perce, bourdon moyen parallèle au hautbois), elle s’en distingue par plusieurs éléments qui engendrent un climat particulier à cette cornemuse :
    
- la présence d’un petit bourdon supplémentaire à l’arrière du boîtier, sonnant à la même hauteur que la fondamentale du hautbois.
    -  la position du grand bourdon en partie basse de la poche, ayant pour effet de le faire se tenir à la verticale et, par conséquent de faire sonner les trois bourdons à l’avant de l’instrumentiste.
    -  l’alimentation de la poche par un soufflet.

D’autres éléments les ont également distinguées des autres musettes car Joseph Béchonnet, sabotier de profession, a non seulement réalisé des instruments d’une grande  qualité musicale mais aussi d’un raffinement esthétique certain. Sur nombre de ses cornemuses, on remarque la présence de nombreux filets d’ivoire ou d’ébène, de fleurs en nacre, de bagues et de viroles, et surtout, les soufflets de forme trapézoïdale avec pliage en accordéon, souvent marquetés, de même que les fameuses frises en dents de scie alternant l’ivoire et l’ébène, sur les hautbois et les bourdons.

Ces critères, tant esthétiques que musicaux, sont la marque d’un facteur d’exception